La chirurgie

La greffe de cheveux (micro-transplantation capillaire)

C’est devenu la reine des techniques de traitement de la calvitie, principalement, il faut bien le dire, parce qu’elle peut être financièrement très profitable. Cela a aussi conduit à un appauvrissement de la formation pour beaucoup de praticiens qui travaillent dans des centres, et on en arrive ainsi à l’impression, pour le public, qu’il n’existe que la greffe.

Lorsqu’elle se justifie réellement, on relèvera comme avantage principal la possibilité de couvrir des zones étendues et très visibles comme la région frontale, son aspect naturel, ainsi que le côté pratique et les possibilités de coiffure qu’apportent des cheveux vivants en comparaison avec les perruques et autres postiches. En somme, on peut se faire greffer des cheveux et puis les oublier.

L’intervention commence par une anesthésie de la zone donneuse (dans la nuque souvent, mais pas toujours, contrairement à ce qui se pratiquait auparavant). Par la méthode FUT, on prélève ensuite un lambeau de peau d’environ 10-15 sur un à trois centimètres, puis, on réalise une suture soigneuse avec un fil le plus souvent résorbable (il « tombe » tout seul). Par la méthode FUE, les greffons sont prélevés un par un, avec un punch (une mèche creuse) au diamètre généralement compris entre 0,8 et 1mm.

Cela peut paraître spectaculaire voire effrayant, surtout en photo, mais le geste est simple et banal pour un médecin expérimenté.

En FUT, la cicatrice sera très fine et réellement invisible, à moins de soulever les cheveux et de chercher pour la retrouver.

En FUE, les petites zones de peau préalablement rasées (pour faciliter le prélèvement) seront d'emblée quasi invisibles également, car recouvertes par les cheveux environnants.

C’est ensuite au tour de la zone receveuse d’être anesthésiée. Pendant ce temps et lorsque la technique utilisée est la FUT, les assistants découpent avec précision le morceau prélevé en greffons de taille variable suivant le besoin (en gros, de 1 à 3 cheveux maximum). Le médecin réalise les petites fentes destinées à les recevoir avec un bistouri particulier. Il en existe différents modèles adaptés à la dextérité et aux préférences du médecin ainsi que des aiguilles particulières utilisées aussi en ophtalmologie (Nokor) ou, encore, un petit instrument implanteur appelé Choï.

Les greffons sont ensuite insérés un à un, suivant un ordre et une méthode bien précises, par les assistantes et idéalement par le médecin aussi, qui surveillera ainsi personnellement l’évolution de l’intervention.

Il est rare qu’un pansement soit nécessaire à la fin de l’intervention.

Comme pour la réduction de tonsure (voir plus loin), des antidouleurs sont prescrits pour contrer une éventuelle sensibilité la première nuit, ainsi que d’autres médicaments destinés à éviter un œdème (gonflement) ou une infection.

Une brochure de soins post-opératoires doit être remise après avoir été lue avec le patient pour s’assurer que tout a bien été compris. Ces soins sont simples, mais demandent tout de même une certaine rigueur pour éviter de gâcher stupidement le résultat par des manipulations inappropriées.

La repousse est parfois immédiate, mais se produit généralement entre 3 et 6 mois après l’intervention. Lorsqu’il est sorti, le cheveu reprend une vitesse de croissance normale, de l’ordre d’un centimètre par mois environ.

 

Il s'agit là du principal défaut de la greffe de cheveux par rapport à la réduction de tonsure: l'observation du résultat final, cheveux à la longueur souhaitée, prend forxcément un certain temps.

 

La réduction de tonsure

Pratiquée par peu de médecins, car elle demande un certain savoir-faire et peut paraître périlleuse à celui qui n'y sont pas formés, elle n'a pas non plus les faveurs du public.
Le plus souvent par simple méconnaissance, car les centres qui ne la pratiquent pas se gardent généralement bien d'en parler.

Elle a surtout pour elle, dans la jungle technico-mercantile, d'être peu rentable pour ces sociétés et « cliniques » diverses : comment, en effet, pourrait-on demander des sommes élevées pour ce qui s'apparente, somme toute, au simple enlèvement d'un morceau de peau en une heure ?

Alors, on pare la greffe capillaire d'une qualité de douceur, à l'inverse de la réduction de tonsure qui serait un acte plus agressif.

En fait, les deux techniques sont pratiquement équivalentes sur ce point. Désolés pour les marchands du temple qui ne sont pas du tout médecins et n'y connaissent d'ailleurs pas grand-chose, hormis divers rapports coût-bénéfice et autres retours sur investissement !

Une autre cause du rejet affirmé de la réduction de tonsure par certains médecins français est d'ordre corporatiste : dans l'Hexagone, un acte de section nette de la peau est généralement considéré comme un acte chirurgical, ce qui ne serait autorisé qu'aux chirurgiens et à certains dermatologues.

Pour en revenir à la réduction de tonsure elle-même, le principe en est simple : on coupe un morceau de peau devenue chauve, et on recoud après avoir légèrement étiré d'une certaine manière la peau chevelue avoisinante. Le trait de coupe est plus complexe qu'une simple ligne droite pour éviter un aspect final artificiel.

Pour en revenir au stretch-back, cette rétraction agrandissant la cicatrice parfois diabolisée par les marchands cités plus haut. La cicatrice, justement, est souvent à l'intérieur ou en bordure de la zone chevelue et, de toute façon, elle pourra encore être cachée efficacement par une petite séance de greffes de cheveux.

Quel est l'intérêt de cette technique ?

Il y en a plusieurs :

-  résultat immédiat

-  épargne les greffons pour couvrir d'autres zones : cette technique permet en fait, à la manière d'une sorte de lifting du sommet du crâne, de répartir les cheveux restants et de donner un résultat intéressant voire suffisant, sans avoir encore utilisé le moindre cheveu d'une zone donneuse.

-  peu onéreuse et rapide.

La principale limite de cette technique est qu'elle ne s'applique idéalement, en gros, qu'à la moitié postérieure du somme du crâne.

Charte de la vie Privée - Copyright capill-hair 2010 - Optimisé pour 1024x768

Propulsé par Magix CMS en création site web - Référencement de site par Web-solution-Way