Généralités

C’est surtout le traitement chirurgical éventuel qui amène les visiteurs sur les sites qui abordent la perte de cheveux. Et pourtant, rappelons-le encore, il faut d’abord envisager et donner la priorité à toutes les possibilités non-chirurgicales d’améliorer la situation, et leur donner le temps de démontrer leur effet ou leur inefficacité. Toute autre attitude relève plus du commerce esthétique que de la médecine.

La chirurgie, c'est entendu, représente une sorte d'échec de la médecine.

Mais certains actes chirurgicaux, tels ceux présentés ci-dessous, sont légers et présentent l'avantage d'apporter une solution quasi définitive au problème : pas besoin de traitement médical d'aucune sorte lorsque le résultat est obtenu.

Les nouvelle chevelure se comporte tout naturellement et ne demande, outre les soins habituels, que les ciseaux d'un bon coiffeur pour les empêcher de devenir trop longs et envahissants…

Les greffes de cheveux (micro-greffes, greffes uni-folliculaires, etc)

Il y a de quoi écrire plusieurs pages sur ces techniques qui n'ont plus rien de nouveau depuis longtemps, contrairement à ce qui s'affiche encore dans différentes publicités ou sur de nombreuses sites Web de très belle présentation. En vérité, hormis peut-être la FUE, il n'y a plus eu de nouveauté décisive depuis plus de 25 ans. Toute autre affirmation doit faire craindre un discours racoleur. Par contre, ce qui est vrai, c'est que les stratégies et propositions de traitement ont pu être élargies grâce à la FUE et à une technique connexe, la BHT (Body Hair Transplantation, ou transplantation de poils corporels pour améliorer la densité).

Le prélèvement de cheveux dans la zone occipitale (le plus souvent, mais pas exclusivement) pour les réimplanter ailleurs est une méthode pratiquée depuis plus longtemps encore. Le principe est simple : comme les cheveux des zones latérales et surtout arrière du crâne persistent pendant pratiquement toute la vie, il suffit d'en prélever une partie pour les transplanter où il en manque. La perte aux endroits prélevés ne sera guère visible, car il s'agit de zones où les cheveux restants couvrent vers le bas et masquent donc sans problème ce déficit.

Au début, les greffons étaient gros, de l'ordre parfois d'un demi cm².
L'intervention était simple, mais le résultat donnait un aspect dit en cheveux de poupée : la peau de chaque implant régresse rapidement, et les cheveux sortent donc par un trou unique, peu esthétique.

De toute l'histoire médicale de la transplantation capillaire, on retiendra simplement que les greffons sont devenus de plus en plus petits, au prix d'une grande méticulosité et de l'expérience acquise. De tous petits greffons, éventuellement d'un seul cheveu, peuvent très bien être implantés dans la zone receveuse, avec un taux de reprise très correct.

Une course a alors été engagée à qui ferait la plus grosse séance de greffons.

Au début, peu de médecins se risquaient au-delà de 500 greffons par séance, par crainte d'une mauvaise reprise. Un nombre bien insuffisant en cas de calvitie très étendue. On en est actuellement à largement plus de 3000 greffons annoncés, ce qui laisse certains médecins perplexes quant à l'intérêt réel d'une telle pratique dictée par la surenchère. On en reparlera plus loin.

Actuellement, loin de la cohue mercantile, les praticiens les plus avisés et sérieux utilisent différentes stratégies , et le nombre de greffons proposés ainsi que leur taille est fonction du cas personnel du candidat.

Quel est l'intérêt de la greffe de cheveux ?

•  répartition des cheveux suivant le besoin et les desiderata du patient, après conseil et 
discussion avec le praticien. 
•  aspect naturel évident. 
•  risque très limité de dégâts sérieux en cas de mauvaise pratique. 
•  risque très faible de survenue d'incidents majeurs.

Les inconvénients :

•  durée plus longue de l'intervention (plusieurs heures), et donc un peu plus désagréable pour le patient.
•  anesthésie plus fastidieuse que dans la réduction de tonsure, et donc un peu plus douloureuse. 
•  plus onéreuse aussi car besoin d'un personnel plus nombreux. 
•  parfois plus longue indisponibilité sociale relative pour des représentants de commerce, par exemple, le temps que les petites croûtes ou rougeurs disparaissent (jusqu'à 15 jours, surtout pour des grandes séances). 
•  persistance parfois pendant plusieurs mois, voire plus d'un an, d'une sensibilité différente (paresthésies) de la zone donneuse.

A la lecture de certains des points mentionnés, le lecteur avisé comprendra pourquoi la greffe de cheveux a malheureusement provoqué beaucoup de dérives pseudo-scientifiques et de vocations commerciales, souvent dans les avenues et boulevards les plus chics des grandes villes.

La réduction de tonsure

C’est une intervention au déroulement très simple.

Sans préparation particulière à part un assouplissement de la peau, la zone à traiter est anesthésiée par de fines injections d’un produit analogue à ceux utilisés par un médecin généraliste ou un dentiste. La douleur, minime, est en gros équivalente à celle ressentie lors d’une prise de sang. La zone est ensuite insensible à la douleur pendant plusieurs heures.

Le praticien découpe un morceau de peau à la forme et à l’orientation bien définies, généralement en une sorte de S allongé. Une suture est ensuite réalisée, le plus souvent avec un fil qui sera enlevé une quinzaine de jours plus tard. L’intervention est rapide : environ une heure.

Aucun pansement n’est nécessaire. Des anti-douleurs sont prescrits, principalement pour la première nuit qui, sans cela, peut être difficile (gêne et légère douleur empêchant l’endormissement) dans la moitié des cas environ.

Rappelons brièvement les avantages de cette technique :

  • rapide

  • peu onéreuse (peu de personnel ni de matériel)

  • premier résultat directement visible en sortant de la salle d’opération.

  • conservation intégrale du capital cheveux de la nuque.

Charte de la vie Privée - Copyright capill-hair 2010 - Optimisé pour 1024x768

Propulsé par Magix CMS en création site web - Référencement de site par Web-solution-Way