Coût élevé

Le marché juteux de l’esthétique, bis

Il ne faut pas vous faire un dessin : puisque c’est un domaine libre du contrôle de l’Etat, tout est théoriquement possible. L’Ordre des Médecins exige cependant de la modération pour les honoraires réclamés. Il s’agit là d’une notion vague mais, en tant que débiteur, vous êtes en droit de vous poser quelques questions et d’obtenir un minimum de réponses. Par exemple :

Faut-il beaucoup de matériel onéreux pour pratiquer cette chirurgie ?

Non, pas vraiment. Quelques instruments de précision rapidement amortis, du matériel stérile et jetable et bien entendu la location ou l’amortissement et l’entretien d’une salle d’opération aux normes en vigueur.
La somme globale est bien entendu difficile à généraliser, mais une fourchette comprise entre 150 et 500 € par intervention paraît réaliste.

Faut-il de si beaux bureaux dans l’avenue la plus chic d’une grande ville ?

Chacun en jugera suivant son opinion sur la question. En n’oubliant pas que, forcément, il faut bien répercuter la note sur le patient.

Faut-il rétribuer le coiffeur (ou le particulier) qui envoie des candidats, surtout s’ils se font finalement opérer ?

Une question volontairement provocatrice, qui ne fera pas que des amis pour ce site internet. Ce n’est cependant que le reflet d’une pratique très discutable mais largement répandue, et en tout cas interdite aux médecins.

Rien ne vous empêche de demander à votre coiffeur s’il a été approché, et surtout de quelle manière. A vous de voir alors si vous estimez logique qu’il reçoive 100, 200, 300 € voire plus, avec parfois un véritable barème croissant auquel s’ajoutent des réductions au coiffeur ou sa famille pour des soins esthétiques voire des voyages d’agrément. Nous n’inventons rien, pour détenir certains documents qui l’attestent.

Quelle est la réelle motivation du médecin, et depuis combien de temps pratique-t-il la chirurgie capillaire ? S’il ne pense pas qu’à l’argent,
effectue-t-il aussi d’autres actes indubitablement moins lucratifs ?

Ces questions peuvent paraître étonnantes voire choquantes pour certains médecins.
Il n’empêche : beaucoup de personnes les posent en aparté. Et elles ne sont pas impertinentes. Différentes études montrent que la profession médicale est celle qui inspire le plus confiance au public. Cette confiance doit rester méritée par tous les praticiens.

"Si ce n’est pas cher, c’est sans doute mal fait" : vrai ou faux ?

Evidemment faux ! Et la chirurgie capillaire ne doit pas être élitiste ni ruiner ses bénéficiaires. Ce serait contraire à la pensée d’Hippocrate, le patron des médecins, et au Code de Déontologie.

Charte de la vie Privée - Copyright capill-hair 2010 - Optimisé pour 1024x768

Propulsé par Magix CMS en création site web - Référencement de site par Web-solution-Way